Paroles, paroles, paroles...

Nanas

J’en connais tant qui dealeraient
leurs œufs d’caille contre des œufs d’autruche.
Car leurs roberts dans leur robe errent,
pas comme les lolos de Ferrari.
A 12 ans, 2 œufs sur le plat.
A 20, faut immortaliser.
40, ça devient raplapla.
Après, faut le cric ou pomper.

Refrain
Faut dire que les seins des nanas,
avec l’âge, qu’est-ce ça nous gonfle !

Pieds palmés, slaves ou décalés,
dont on vernis les ongles ado
de rose affreux, c’est un fiasco.
A 20 ans, le noir ça fait goth.
40 ans sur talons aiguilles
pour compenser d’être toute petite.
Après 60, c’est en chaussons
qu’on cache ongle incarné, oignons.

Refrain
Faut dire que les orteils des nanas,
avec l’âge, ce n’est plus le pied !

Blondes vénitiennes ou flamboyantes,
leur chevelure échangeraient,
alors que les brunes captivantes
se feraient bien décolorer.
Pourquoi couper les cheveux en quatre ?
On tire dessus pour défriser
informe tignasse ou mèches filasses,
on va se faire permanenter.

Refrain
Faut dire que les tifs des nanas,
avec l’âge, qu’est-ce que ça «crin» !

Faut dire que les histoires de nanas,
quand tu es un homme, tu n’comprends pas !

 

© 2018 Valentina M | Template by DemusDesign | Theme by Theme Lab and Blog Hosting